Par Anthony Marcus, envoyé spécial à Saint-Pétersbourg, pour Eurasia Business News, le 11 août 2022

Les autorités estoniennes ont décidé de fermer les frontières du pays aux citoyens russes munis de visas Schengen délivrés par la république balte, à compter du 18 août. Plusieurs exceptions sont prévues à cette interdiction.

L’Estonie va fermer sa frontière aux Russes détenteurs de visas Schengen, précédemment délivrés par la république. Cette déclaration a été faite aujourd’hui par le chef du ministère estonien des Affaires étrangères, Urmas Reinsalu.

« Dans une semaine, une sanction sera appliquée aux visas Schengen délivrés par la République d’Estonie aux citoyens russes. La sanction signifie que les visas resteront valides. Cependant, les titulaires de visa seront sanctionnés lorsqu’ils entreront en Estonie, c’est-à-dire qu’ils seront interdits d’entrer en Estonie », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse du gouvernement le 11 août.

Plusieurs exceptions sont prévues. En particulier, la décision des autorités estoniennes ne s’appliquera pas aux citoyens russes dont la patrie est l’Estonie, qui sont des résidents permanents du pays ou qui rendent visite à des parents estoniens. L’interdiction ne concerne pas non plus les agents diplomatiques, ainsi que ceux impliqués dans le domaine du transport international.

L’un des sujets les plus populaires parmi les politiciens des pays Baltes et de Pologne ces derniers mois est devenu la question de la nécessité d’interdire l’émission de visas Schengen aux ressortissants russes.

Cette initiative fait actuellement l’objet de discussions au niveau de l’Union européenne en tant qu’inclusion possible dans le prochain paquet de sanctions anti-russes. Cependant, jusqu’à présent, il n’y a pas d’unité sur cette question, puisqu’une telle interdiction générale, visant globalement une nationalité (les ressortissants russes), est contraire au principe de non discrimination sur la nationalité, principe protégé par le droit de l’Union européenne et le droit de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et libertés fondamentales de 1950.

Aujourd’hui, la question de la nécessité d’interdire la délivrance de visas aux Russes et aux Biélorusses a été annoncée au parlement de Lettonie. Les députés lettons discutent de ce projet. Actuellement, lors du franchissement de la frontière lettone, tout ressortissant russe majeur doit signer un document condamnant les actions des autorités russes. Une telle obligation est également contraire au droit de l’Union européenne et au droit de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et libertés fondamentales de 1950.

Plus tôt, la Première ministre estonienne Kaya Kallas a parlé de la nécessité d’introduire une interdiction de la délivrance de visas Schengen aux citoyens russes. Selon elle, “voyager en Europe est un privilège, pas un droit de l’homme.” Des paroles étonnantes pour une ancienne avocate de profession.

Les autorités finlandaises ont récemment exprimé leur mécontentement face au fait que les Russes utilisent la Finlande pour organiser leurs voyages en Europe.

Merci d’être parmi nos lecteurs.

Notre communauté compte près de 70 000 abonnés !

Inscrivez-vous pour recevoir nos derniers articles, c’est gratuit !

Soutenez-nous en partageant nos publications !

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

© Copyright 2022 – Eurasia Business News