Par Swann Collins, investisseur, écrivain et consultant en affaires internationales – Eurasia Business News, 23 août 2022

Dans le contexte d’un volume croissant d’échanges commerciaux avec la Chine et d’un regain d’intérêt pour le yuan dans les salles de marché russes, les grands émetteurs russes ont commencé à entrer sur le marché avec des emprunts en monnaie chinoise. Des obligations de 5 milliards de yuans à la Bourse de Moscou à la fin du mois de juillet ont été placées par le groupe UC Rusal, tandis que le géant minier de l’or Polyus a annoncé son intention d’attirer 3,5 milliards de yuans en obligations en août.

Polyus est la plus grande société minière aurifère de Russie. Développe des gisements de minerai et de placer dans le territoire de Krasnoïarsk, les régions d’Irkoutsk et de Magadan, ainsi qu’en Yakoutie.

Le Ministère des Finances de la Russie envisage lui aussi la possibilité de placer des obligations russes libellées en yuans, indique le quotidien d’affaires Vedomosti, citant des sources. Selon l’une d’elles, des négociations avec la Chine sont déjà en cours. La préparation de l’émission d’obligations devrait prendre « assez de temps » et que le placement peut avoir lieu d’ici un à deux ans.

Vedomosti cite deux sources proches du gouvernement. L’un d’eux a déclaré que l’émission d’obligations en yuans devra être effectuée dans le cadre de la loi et des infrastructures russes. Selon l’interlocuteur de Vedomosti, il serait souhaitable d’attirer des investisseurs continentaux chinois pour participer à l’émission.

Le 18 août, le yuan a dépassé le dollar en termes de volume des transactions à la Bourse de Moscou. Le Ministère des Finances de la Russie pourrait reprendre l’achat de devises étrangères en septembre. Cela se produira si, au début de l’automne, les autorités approuvent les paramètres de la nouvelle règle budgétaire. On suppose que les interventions monétaires de l’Etat russe affaibliront le rouble, ce qui rendra l’exportation de biens et de ressources énergétiques russes plus rentable. Plusieurs sources à Moscou indiquent que renonçant au dollar, la Russie compte acheter des yuans sur le marché pour affaiblir le rouble, dont la valeur est trop forte.

Lire aussi  : Investir dans l’or, protéger son patrimoine

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré le 22 juin dernier qu’une nouvelle monnaie de réserve est en cours de développement au sein du groupe des BRICS et reposera sur un panier de devises des pays membres du groupe: Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud. Tous ces pays sont des producteurs d’or.

« La question de la création d’une monnaie de réserve internationale basée sur un panier de devises de nos pays est à l’étude », a annoncé M. Poutine lors du forum économique des BRICS, qui s’est déroulé à Pékin le 22 juin. « Nous sommes prêts à coopérer ouvertement avec tous les partenaires honnêtes. »

Le 29 juin, le premier vice-président de la Banque centrale de la Fédération de Russie, Vladimir Chistyukhin, a déclaré que “le rôle du dollar américain et de l’euro en tant que monnaies de réserve a été épuisé, non seulement pour la Russie, mais aussi pour un certain nombre d’autres pays.

Le 23 août, le dollar américain et l’euro ont récupéré leurs pertes et ont réussi à augmenter légèrement par rapport au rouble à la Bourse de Moscou à la suite des résultats des échanges de mardi en raison d’une baisse de l’intérêt des investisseurs pour les actifs risqués.

Lire aussi : Investir et s’enrichir grâce à l’immobilier

Les craintes des investisseurs ont été stimulées par les récentes déclarations de certains responsables de la Réserve fédérale américaine qui se sont prononcés en faveur de la poursuite des hausses de taux agressives pour ralentir l’inflation aux États-Unis.

La semaine dernière, des représentants de la direction de la Fed ont signalé que la lutte de la Banque centrale américaine contre une inflation élevée n’était pas encore terminée. James Bullard, le chef de la Réserve fédérale de Saint-Louis et le principal faucon de la Fed, a exprimé sa volonté de soutenir une nouvelle hausse du taux d’intérêt directeur de 75 points de base (pb) en septembre. Son collègue de la Réserve fédérale de Richmond, Thomas Barkin, s’est également prononcé en faveur d’une hausse plus active des taux pour freiner l’inflation aux Etats-Unis, qui a atteint 8,5% en juillet, après 9,1% en juin.

Pour contacter l’auteur, écrivez à : swann.collins.consulting@gmail.com

Merci de compter parmi nos lecteurs.

Notre communauté compte déjà près de 65 000 membres !

Inscrivez-vous pour recevoir nos derniers articles, c’est gratuit !

Soutenez-nous en partageant nos posts !

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

© Copyright 2022 – Swann Collins, investisseur et consultant en affaires internationales.