Par Anthony Marcus, pour Eurasia Business News, le 15 octobre 2022

La Belgique s’est abstenue lors du vote sur le huitième paquet de sanctions contre la Russie présenté par l’Union européenne à ses Etats membres, en raison d’un désaccord avec les restrictions à l’importation d’acier en provenance de Russie, mais n’a pas bloqué la décision pour des raisons de « solidarité européenne », a déclaré le Premier ministre belge Alexandre de Croo.

Le 6 octobre le Conseil de l’Union européenne a annoncé l’approbation du huitième paquet de sanctions contre la Fédération de Russie, qui prévoit, entre autres, l’interdiction d’importer produits finis en acier et des produits semi-finis en provenance de Russie. La Belgique craint qu’une telle décision n’ait un effet néfaste sur deux usines NLMK Europe dans les villes de  Clabecq et La Louvière, en région wallonne. Ces usines s’approvisionnent actuellement auprès de fournisseurs russes.

NLMK Europe, dont la Région wallonne est actionnaire à hauteur de 49 %, via la Sogepa, emploie 2.100 personnes en Europe, dont 1.200 en Belgique et le reste au Danemark, en Italie et en France.

L’entreprise fabrique des produits sidérurgiques à valeur ajoutée pour les secteurs de l’automobile, de la construction navale, de la construction et de la production d’énergie ; et se fournit en produits semi-finis (des brames) auprès du groupe russe NLMK, qui détient également 49 % de son capital (les 2 % restants étant entre les mains d’investisseurs privés externes).

si les coûts économiques [du soutien européen à la guerre en Ukraine] deviennent encore plus élevés, les gens perdront leur emploi, alors cela deviendra difficile », a déclaré le Premier ministre belge.

Néanmoins, il a expliqué que la Belgique s’est abstenue de bloquer de nouvelles sanctions contre la Russie, « car nous ne voulons pas briser la solidarité européenne ».

Les autorités belges ont réussi à obtenir une période de transition de deux ans, au cours de laquelle les établissements NLMK Europe pourront continuer à importer des matières premières russes dans des volumes équivalents à l’approvisionnement de 2021 (3,8 tonnes de brames d’acier).

La Région de Wallonie a demandé à la Commission européenne, organe à l’initiative des nouvelles sanctions, de fournir une compensation appropriée au secteur métallurgique belge et de garantir la disponibilité des matières premières aux prix du marché pour les usines.

Les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux ont accru la pression des sanctions sur la Russie en raison de la guerre en Ukraine, ce qui a entraîné une forte hausse des prix de l’électricité, du carburant et de la nourriture en Europe et aux Etats-Unis depuis mars 2022. L’inflation étaient déjà de retour depuis juin 2021.

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que la politique visant à contenir et à affaiblir la Russie était une stratégie à long terme de l’Occident et que les sanctions avaient porté un coup sérieux à l’ensemble de l’économie mondiale. Selon lui, l’objectif principal de l’Occident est d’aggraver la vie de millions de personnes, afin de “préserver l’hégémonie américaine sur le monde, par la force s’il le faut.”

Merci de compter parmi nos lecteurs.

Pour nous soutenir, partagez nos publications, faites un don par l’onglet à droite de cette page ou abonnez-vous à nos contenus premium, pour 8,99€ par mois.

Notre communauté compte déjà près de 85 000 membres !

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

© Copyright 2022 – Eurasia Business News