Par Swann Collins, investisseur, écrivain et consultant en affaires internationales – Eurasia Business News, le 15 janvier 2023

Les marchés de l’or et de l’argent ont pris un bon départ au cours des deux premiers jours de négociation de l’année 2023 avant de subir une certaine pression vendeuse jeudi 12 janvier – pour rebondir à nouveau vendredi 13 janvier.

Un rapport sur l’état du marché de l’emploi aux Etats-Unis solide en surface a suscité des attentes quant à de nouvelles hausses de taux de la part de la Réserve fédérale et a stimulé le dollar américain sur les marchés des changes. Les traders de contrats à terme sur métaux précieux ont réagi par réflexe en vendant le 12 janvier pour ensuite se retourner et acheter le 13 janvier. Ce mouvement a soutenu la hausse des prix de l’or. Vendredi à la clôture, l’or atteignait $ 1 921,6 l’once troy, en hausse de +6.24% sur les 30 derniers jours. L’argent clôturait à $24,38 l’once, soit une hausse de +1.48% en 30 jours.

L’once d’or a gagné plus 300 $ par rapport au niveau de 1 600 $ atteint début octobre.

Nous assistons à une certaine fuite des investisseurs vers des actifs sûrs, capables de stocker la valeur face à la forte inflation : l’or et l’argent. Techniquement, l’or semble avoir plus de marge de manœuvre parce qu’il a été fort à travers tous ces points de résistance que nous continuons de voir depuis novembre.

Les investisseurs regardent souvent les premiers jours de négociation d’une nouvelle année pour obtenir des indices sur les tendances du marché qui peuvent se développer pour le reste de l’année.

Les actions américaines ont fortement chuté le jeudi 12 janvier, alors que de nouvelles preuves d’un marché du travail tendu ont renforcé les craintes que la Réserve fédérale maintienne les taux d’intérêt élevés plus longtemps que prévu afin de faire baisser l’inflation, établie à 6.5% en décembre 2022, après 7.1% en novembre.

Il n’y a pas d’indication réelle de ce à quoi la Fed pense pour la prochaine réunion de politique monétaire du 1er février. Néanmoins, en décembre les investisseurs ont vu une économie américaine qui était encore très dynamique en termes de marché du travail et une inflation qui était encore trop élevée, à 6.5% en termes annuels. Les banquiers centraux des Etats-Unis craignent toutefois que, la majeure partie de l’impulsion de crédit qu’ils avaient mise en place n’ayant pas encore frappé l’économie, ils s’exposent à deux risques. Premièrement, resserrer trop peu et laisser l’inflation et les anticipations augmenter. Trop resserrer la politique monétaire et accroître la récession attendue en 2023.

Les principaux thèmes économiques de 2022 ont été la hausse de l’inflation et la hausse des taux d’intérêt par les banques centrales dans les pays du G7. Ces facteurs se sont combinés pour créer des conditions difficiles pour les investisseurs sur les marchés financiers conventionnels.

En 2023, les taux d’intérêt atteindront probablement un sommet à mesure que la Réserve fédérale américaine ralentira puis mettra fin à ses hausses. Les banquiers centraux devraient relever leurs taux d’un quart de point à la baisse lors de leur prochaine réunion en février.

Certains observateurs estiment que la Fed doit encore relever ses taux compte tenu du faible taux de chômage officiel et du taux d’inflation toujours élevé en décembre. Mais Wall Street et Washington, ont signalé qu’ils ne pouvaient pas supporter davantage de pression sur les taux d’intérêt. Toute hausse rend plus cher le crédit et alourdit le poids des dettes, privées comme publiques.

Il y a même une chance que Jerome Powell et son équipe commencent à baisser les taux directeurs plus tard dans l’année si l’économie américaine trébuche gravement.

En Europe, la Banque centrale européenne s’attend à continuer à relever les taux d’intérêt « de manière significative » lors des prochaines réunions, à un rythme soutenu, afin de garantir que l’inflation revienne à l’objectif de 2% à moyen terme, a déclaré mercredi Pablo Hernandez de Cos, responsable de la politique monétaire de la BCE.

La BCE a procédé à quatre hausses de taux successives depuis juillet 2022 pour enrayer une flambée historique de l’inflation et a promis de nouvelles hausses pour orienter la croissance des prix vers son objectif.

Quant à l’inflation, on prévoit généralement qu’elle diminuera par rapport à ses sommets à deux chiffres de 2022 – en grande partie parce que les coûts d’emprunt plus élevés pour les consommateurs et les entreprises devraient faire baisser la demande de biens et de services.

En France, sur un an, selon l’estimation provisoire réalisée en fin de mois par l’INSEE, les prix à la consommation augmenteraient de +5,9 % en décembre 2022, après +6,2 % en novembre et octobre. Cette baisse de l’inflation serait due au ralentissement des prix de l’énergie et, dans une moindre mesure, des services, conséquence d’une demande plus faible.

L’inflation annuelle de la zone euro devrait être de 9,2 % en décembre 2022, contre 10,1 % en novembre, selon une estimation d’Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne.

Mais le potentiel de pressions à la hausse sur les prix induites par l’offre existe également. Certains analystes des marchés de l’énergie et des matières premières mettent en garde contre des flambées de prix à venir en raison du manque d’investissements dans la nouvelle production et des divisions géopolitiques autour de la Russie.

La stagflation pourrait être un thème majeur pour 2023. Dans un tel environnement, les marchés boursiers et obligataires continueront probablement d’éprouver des difficultés. Les métaux précieux, quant à eux, continueront probablement de surperformer. L’or et l’argent ont chacun affiché de légers gains en 2022, même si les actifs financiers ont affiché de lourdes pertes.

Lire aussi  : Investir dans l’or, protéger son patrimoine

Les investisseurs doivent également s’attendre à l’inattendu. Les marchés intrinsèquement imprévisibles ont tendance à défier les attentes populaires et à produire des résultats qui rendent vulnérables les investisseurs qui n’ont pas couvert leurs bases.

La poursuite continue des achats d’or par les banques centrales à travers le monde depuis au moins 2018 alimente également la hausse des prix de l’or. La Chine, la Russie, l’Inde et la Turquie furent par l’intermédiaire de leurs banques centrales les principaux acheteurs d’or en 2022. Cette tendance devrait se poursuivre en 2023.

Lire aussi : Les Etats face à l’espionnage dans le cyberespace

Il reste à voir si l’or gagne en popularité parmi les investisseurs ordinaires cette année en tant que valeur refuge. Malheureusement, le public ne s’y intéressera peut-être pas avant que l’or ne se lance dans une course record. C’est alors qu’une éventuelle phase de manie pourrait s’ensuivre.

Lire aussi : Investir dans l’immobilier

Entre-temps, l’or et l’argent continueront de combler un créneau essentiel dans un portefeuille d’investissement bien équilibré pour 2023 et au-delà.

Merci de compter parmi nos lecteurs.

Pour contacter l’auteur, écrivez à : swann.collins.consulting@gmail.com

Notre communauté compte déjà près de 95 000 membres !

Inscrivez-vous pour recevoir nos derniers articles, c’est gratuit !

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

© Copyright 2023 – Swann Collins, investisseur, écrivain et consultant en affaires internationales.