By Anthony Marcus, for Eurasia Business News – June 8, 2022

Sur un an, selon les données publiées par Eurostat, les prix à la consommation en France ont augmenté de 5,8 % en mai 2022, après +5,4% en avril et +5,1% en mars.

Cette hausse de l’inflation peut s’expliquer par une accélération des prix de l’énergie, des services, de l’alimentation et des produits manufacturés, mais aussi par un excès de monnaie fiduciaire, dont le volume a considérablement augmenté depuis 2010, dans le cadre des politiques de quantitative easing et de taux bas de la Banque centrale européenne. L’accélération de la planche à billets en 2020 et 2021 a inondé le marché de liquidités, d’où la dynamique de hausse mécanique de prix depuis l’été 2021.

Selon l’INSEE, institution placée sous l’autorité du Ministère français de l’économie et des finances, les prix à la consommation sur un an augmenteraient de 5,2 % en mai 2022, après +4,8 % en avril.

L’indépendance énergétique de la France, grâce au nucléaire, réduit l’impact de l’inflation, alors que ses voisins européens sont plus dépendants du pétrole, du gaz et du charbon importés. Mais le niveau actuel d’inflation en France est inacceptable pour les classes populaires et moyennes. Les postes de dépense les plus élevés pour ces classes, à savoir le logement, la nourriture et l’énergie (chauffage et transport), augmentent le plus vite et le plus fortement.

Avec une inflation dans la zone euro comprise entre 5,1 % en janvier et 7,4 % en mars, les ménages de la classe moyenne et de la classe ouvrière n’ont plus les moyens d’acheter des biens et services de consommation comme ils le faisaient auparavant. La Banque centrale européenne (BCE) et les gouvernements ont provoqué cette forte inflation, avec des politiques d’assouplissement quantitatif et de taux bas depuis 2010, une taxation des investissements dans la productivité industrielle et des politiques de redistribution inadaptées. Trop d’argent imprimé par la BCE et la diminution des capacités de production industrielle entraînent automatiquement une hausse des prix des biens et des services, sans parler des bulles d’actifs. Une inflation élevée est de retour en Europe depuis juillet 2021, selon les données statistiques. La guerre en Ukraine depuis le 24 février a ajouté de la tension et de la pression sur les marchés et les approvisionnements énergétiques, mais n’est pas la principale cause de l’inflation actuelle.

Lire aussi : Zone euro : l’inflation reste élevée, à 7,4% en avril

Le taux d’inflation annuel de la zone euro a atteint 8,1% en mai, après avoir atteint 7,4% en avril et 7,5% en mars. En février, l’inflation a atteint 5,4 %. Un an plus tôt, l’inflation annuelle enregistrée n’était que de 1,6% dans la zone euro.

Lire aussi  : Investir dans l’or, protéger son patrimoine

Merci d’être parmi nos lecteurs.

Notre communauté compte près de 60 000 abonnés !

Inscrivez-vous pour recevoir nos derniers articles, c’est gratuit !

Soutenez-nous en partageant nos publications !

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

© Copyright 2022 – Eurasia Business News